Une relation est un échange entre deux êtres.

Chacun des êtres peut ressentir la relation à sa façon, et la trouver Bénéfique, Neutre, ou Néfaste. Ce ressenti peut être partagé par l'autre être impliqué ou pas.

La relation Bénéfique

C'est cette relation que nous recherchons. On la reconnait facilement à ce que l'on est ravi de rencontrer l'autre. Ceci n'est en rien une approche béate. C'est une relation qui se cultive avec une certaine assiduité. Je détaille comment dans l'article des Mise en Oeuvre de la Philosophie Gaggou

La relation Neutre

Une relation neutre nous fait ni chaud ni froid. On n'y crée ni consomme de bonheur. La philosophie Gaggou préconise d'en évaluer le potentiel. Une relation neutre est probablement une relation bénéfique mal exploitée ou mal entretenue.

La relation Néfaste

Cette relation est à proscrire. Les deux protagonistes y perdent leur bonheur, ont une sensation d'y dépenser une grande énergie pour n'en ressentir que de la souffrance.

Si cette relation existe, c'est très probablement qu'elle est subie, par un lien non choisi. Ce lien peut être familial, de voisinage, de travail, etc. Cette relation doit être étudiée avec soin pour évaluer son potentiel à être transcendé. À défaut, elle doit être réduite au minimum. L'approche de vengeance l'entretien, elle est donc à proscrire aussi.

Les relations asymétriques

La relation Neutre-Bénéfique

Dans cette relation, un des deux parties en tire du bonheur et pas l'autre. Il n'y a rien de mal ici, si ce n'est le fort risque pour la partie neutre de laisser mourir la relation sans préavis. L'arrêt de flux positif pour le bénéficiaire peut être perçu comme une régression de son bonheur et provoquer une souffrance. Ce type de relation doit être étudié pour le rendre bénéfique aux deux parties.

La relation de Pompe

Ce type de relation est dangereux. Néfaste pour l'un, bénéfique pour l'autre.

Le bénéficiaire

Le bénéficiaire peut avoir un sentiment de culpabilité dans ce type de relation, ce qui en dégrade d'autant le rendement. Il peut aussi ignorer la souffrance de l'autre. Il peut aussi s'en réjouir.

Il n'aura aucun intérêt à faire quoi que ce soit. Cependant, par respect pour la Philosophie Gaggou, il doit chercher un autre canal de communication afin de modifier cette relation pour que le malheureux en soit aussi bénéficiaire.

Le malheureux

Le malheureux peut se retrouver dans cette situation dans les mêmes conditions que dans une relation néfaste. Il peut aussi y être emmené par l'intérêt du bénéficiaire, ou par sens du sacrifice.

Le sacrifice est contraire à la philosophie Gaggou. Celui-ci générant une relation néfaste, bien qu'à moitié seulement, il doit être évité.

Ici encore, la recherche d'un autre canal de communication est la voie du salut. La relation néfaste peut survenir du désir du bénéficiaire de conserver un lien avec le malheureux. Au quel cas, la création d'un autre canal et la détérioration relative du bonheur engendré par la relation de pompe sont une solution envisageable.